25/04/2016

Marathon Photo - Opus 17 -> " Éphémère "

Marathon Photo 2016 - OPUS 17

Comme je l’exprimais par ailleurs, voici que le marathon a déjà accompli un tiers de son parcours.

Pour boucler ce premier tiers et entamer le second voici un château de sable.

Avec ce 17e opus, c’est le mot « Éphémère » qui est proposé et pour l’illustrer j’ai choisi (une fois n’est pas coutume) l’une de mes photographies réalisée sur une plage de la côte belge.

Capture d’écran 2016-04-24 à 23.50.35.png

On le sait, un château et ici plus précisément, un « bête » tas de sable attaqué par la marée ne fait pas long feu.

Ce château, ce n’est à peu près rien.
Les enfants qui l’ont construit le savaient aussi.
Il représente une course contre le temps ; un jeu qui consiste à bâtir courageusement une œuvre dont le destin est éphémère.
En un certain sens il est important parce que la mer, les vagues et ses assauts successifs ne vont en faire qu’une bouchée.
Les enfants l’ont dressé, courageusement, pelletée après pelletée, pile à l’endroit où il fallait pour qu’il soit détruit !

Paradoxe !

Quand je suis venu sur la plage et que je me suis approché de lui, j’ai ressenti le besoin de le photographier. Sa forme, le ciel, la lumière, tout me parlait.
J’ai dit tout haut « respect ! ».

Quand je suis tout seul et qu’un sujet m’interpelle, je lui parle comme s’il s’agissait d’une personne qui peut m’entendre et me comprendre.

Je suis un solitaire et en bon solitaire je parle tout seul !

J’aime être seul avec moi-même face à mon sujet.
Dans mon travail, je ne m’accomplis réellement que lorsque je suis seul et face à lui.

Quand je présente un mot, je choisis une image et je parle de son auteur. La logique voudrait que je ne déroge pas à la tradition.
Mais parler de soi est une tâche ingrate et je n’ai pas pour habitude de m’étaler. Je préfère m’abriter derrière mes images et je caresse l’idée qu’elles se suffisent à elles-mêmes et qu’elles parlent pour moi.

Aujourd’hui, j’en ai déjà trop dit.

Ce château éphémère va-t-il vous parler à son tour ?

00:20 Écrit par Samuel Delcroix | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Petit j'adorais construire des châteaux de sable en des architectures très compliquées.

Du château de sable sont sorties un tas de réflexions, à voir sur ce lien: http://itschert-eric-expose.skynetblogs.be/archive/2010/05/19/156-la-theorie-du-chateau-de-sable.html

Photo numérique ou photo argentique? En tout cas j'aime beaucoup, c'est une autre manière encore d'aborder le château de sable...

Je vous souhaite un fructueux travail et de belles découvertes...

Écrit par : Eric | 27/04/2016

Bonjour,
Merci pour votre message.
Pour info, je travaille en argentique et je développe mes photos moi même. Vais aller visiter votre blog

Écrit par : Samuel | 27/04/2016

Bien bel article, analyse pertinente, instructive et pleine de sens auquel j'aurais aimé répondre. Dommage que les commentaires soient fermés. Me permettez vous de mettre sur Facebook (ma page perso et celle de mon groupe "élèves...") le lien vers votre blog dans le champs commentaires du post en relation avec mon marathon ?
Merci d'avance

Écrit par : Samuel | 27/04/2016

Oui tout à fait! Si vous le désirez, après lecture d'autres notes de mon blog pour vous faire une idée de son contenu, on peut mettre un jour des liens mutuels sur nos blogs. C'est dommage que cette tradition se perde, je suis toujours partant! Je vous souhaite de tout cœur bon travail d'enseignant, cela doit être très enrichissant de partager une passion!

Écrit par : Eric | 27/04/2016

Les commentaires sont fermés.