30/01/2016

Marathon Photo - Opus 5 -> " Escalier "

Marathon Photo (opus 5)

Pour ce cinquième opus j’ai sorti de ma liste le mot « Escalier » et pour l’illustrer j’ai trouvé la photo de Sherry Akrami, une jeune photographe iranienne.

sherry akrami.jpg

Pourquoi cet escalier qui en fait n’en est pas un au sens premier du terme, à savoir cet espace constitué de marches et que l’on emprunte pour effectuer un parcours de bas en haut ou de haut en bas ?

Parce que l’image propose seulement l’idée décalée de l’escalier et non l’espace fonctionnel tel qu’on l’attend mais sa transposition dans l’architecture sous forme d’un dessin l’imitant.

On est frappé par la rigueur de la composition, sa sobriété, l’absolue verticalité des colonnes, l’absence de fuyantes et l’équilibre de l’ensemble (le nombre de colonnes avoisine le nombre des marches).

C’est un point de vue frontal sur un seul plan composé presque uniquement d’éléments rectilignes sur fond de ciel diaphane avec nuages aux mouvements obliques et dans lequel se détache la frêle silhouette de l’oiseau, elle-même alignée dans le mouvement des nuages ; son univers, cet espace aérien duquel il vient.

C'est une silhouette parfaitement découpée, posée pile à l’angle droit de la marche  et qui s’inscrit dans la composition comme le « personnage » d’un Jeu d’arcade se déplaçant en sautillant d’obstacles en obstacles.

La figure ici, c’est l’oiseau qui peut s’élever dans l’air et qui peut défier les lois de la pesanteur mais qui semble nous indiquer qu’il a choisi de ne pas faire usage de cet immense privilège.

Il est en mode « pattes » ses ailes sont désactivées …

Il vient nous narguer en se posant fièrement au sommet de la plus haute des marches comme s’il voulait démontrer qu’il est capable de faire mieux que nous ; voler certes mais aussi sauter plus haut, bien plus haut que nous n’en sommes capables !

Il joue avec nous ? Il nous imite ? Il se moque ?
Que veut-il nous dire ?
A toutes ces questions il est impossible de répondre.

En revanche on peut se laisser entraîner, se promener avec lui dans l’image sans trop se prendre la tête et ainsi ressentir sa liberté, sa légèreté et toute la joie qu’il exprime.

23:09 Écrit par Samuel Delcroix | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

24/01/2016

Marathon Photo - Opus 4 -> " Bijou "

Pour cette quatrième semaine, j’avais l’envie de proposer un objet.
J’ai regardé dans ma liste et un mot m’a semblé plus brillant que les autres, c’est le mot « Bijou ».
Pour l’illustrer j’ai choisi une photographie de SØlve SunsbØ, un photographe de mode d’origine norvégienne qui travaille à Londres.

En général la photo de mode ne m’intéresse pas beaucoup.

Rares sont les photographes de mode qui parviennent à me surprendre, à dépasser le cadre commercial et la réponse attendue par rapport à la commande et qui proposent une vision personnelle débarrassée de toutes contraintes.
On ne le niera pas, depuis que la photo de mode existe, il y a bien un « style photo de mode », un style du moment dans lequel presque tout le monde s’engouffre.
Un style propre à une époque, souvent léché et presque toujours détaché de la réalité de la vie quotidienne.
Un style qui se veut original mais qui souvent ne fait que reproduire des clichés éculés.


Aujourd’hui par exemple, ce sont les effets « vintage ». Les vignettages, filtres et autres tralalas imitant les films couleur et les rendus Polaroîd & Toy Camera des années 70-80 qui font fureur.

Si j’ai choisi SØlve SunsbØ et l’image de son singe posant dans l’éclairage très soigné du studio avec une parure de bijoux, c’est précisément parce qu’à l’opposé de tout ce qui a été dit précédemment il y a le « coup de patte » personnel qui apporte la dimension artistique et justement détaché de ce qui se fait d’habitude.

3-solve-sundsbo-Rosie-and-21-Men-shoot-gallery-yatzer.jpg

L’image très propre et très touchante d’un singe, singeant les attitudes hautaines des mannequins se veut avant tout humoristique et/ou ironique.
Elle interpelle car elle prend le sujet à contrepied de ce qui se fait traditionnellement dans ce milieu où ce sont surtout les qualités plastiques des mannequins aux mensurations bien définies qui mettent en valeur, le vêtement, l’ornement, l’accessoire etc. Valeurs qui traditionnellement sont définies par des « directeurs artistiques » attachés aux services des marques.
Sa pose est maniérée et stéréotypée ; elle appartient au répertoire familier des poses académiques propres aux clichés de la mode.

Ce n’est qu’un singe mais l’attitude adoptée (déhanchement léger, main levée) imite à la perfection la dégaine des mannequins professionnels dans les défilés des grands couturiers.

Ce n’est qu’un singe mais son comportement s’apparente à celui d’un être humain; ses yeux fermés suggère la plénitude, le sentiment de bien–être, le plaisir de porter le précieux ornement et de s’exhiber avec lui.
L’image est forte, troublante, émouvante …
Ce n’est pourtant qu’une image à vocation publicitaire.
Dans cinquante ans on en parle encore car elle est pleine de sens.
J'en suis convaincu !

00:09 Écrit par Samuel Delcroix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Marathon Photo - Opus 3 -> "Intempérie"

Pour cette troisième semaine, j’ai regardé dans ma liste de mots et j’en ai trouvé un qui me semblait tomber à pic.
La météo de ces derniers jours a sans doute guidé mon choix.
Je propose le mot « Intempérie ».
L’intempérie, c’est le mauvais temps au sens large ; la pluie, le vent, la neige, la tempête etc.
Pour l’illustrer, je souhaitais ne proposer qu’une seule image, mais trouver une image résumant tout cela n’était pas évident du tout. J’ai donc décidé de partir sur le premier mot qui m’était venu à l’esprit en l’occurrence « pluie ».
En cherchant dans mes livres, j’ai trouvé une très belle image de Christophe Jacrot tirée de « Météores » son livre aux éditions Hartpon.
Christophe Jacrot s’est spécialisé dans cette approche photographique qui consiste à travailler par mauvais temps.
Oui oui, y en a qui aiment ça. Les vrais, les purs, les mordus… 

Christophe Jacrot.jpg

L’image a été réalisée le soir, à Lisbonne.

Elle nous présente une silhouette féminine montant tranquillement une rue pavée. Elle ne semble pas être perturbée par cette pluie drue qui tombe et que la lumière en contre jour nous restitue parfaitement surtout sur les parties sombres de l’image. Remarquons au passage, les éclats très brillants des pavés, accentués précisément eux aussi par cette lumière.

Si nous regardons la partie de gauche, nous constatons que la façade frontale présente une dominante verte. En effet, elle est éclairée par une autre source de lumière, d’une température de couleur différente de celle qui vient du contrejour et qui venant précisément d’une autre direction n’est pas propice au « bon rendu » de la pluie. Etrangement, il ne semble pas pleuvoir de ce côte de l’image !

Si ensuite, nous regardons la fenêtre, nous voyons un espace intérieur bien au sec qui lui aussi est éclairé par une source lumineuse différente des deux autres. Ici pas de dominante, la lumière est blanche.
Nous voyons des objets, pas de personnage.
Est-ce un lieu déserté ? Un espace de travail ? Une pièce de vie ? Impossible de le dire.

Dans cette image, il y a le dedans et le dehors. L’inoccupé et l’habité.
Curieusement, c’est le dehors qui est habité, malgré l’intempérie.
Le dedans lui, est vidé. C’est étonnant !
Les deux éléments (fenêtre et silhouette) se situent très exactement dans deux points forts de l’image.
On ne peut s’empêcher de faire un rapprochement.
Et si la silhouette était celle de la personne qui vient de quitter le lieu et qui en partant a tout simplement oublié d’éteindre la lumière ?
La question est posée…

00:05 Écrit par Samuel Delcroix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Marathon Photo - Opus 2 -> " Tunnel "

J’ai regardé dans ma liste (qui comporte bien plus que 50 mots) et cherché le nouveau mot pour cette deuxième semaine et je ne suis pas parvenu à me décider alors j’ai décidé de le tirer au sort et de mon chapeau est sorti le mot « TUNNEL ».

Pour l’illustrer, j’ai choisi cette photo très parlante de Michel Vanden Eeckhoudt (photographe belge de l’agence VU 1947 – 2015) tirée de son livre « Duo ».
C’est un hymne au Noir et Blanc, au négatif et au positif.
On y voit un personnage en silhouette se détachant sur fond clair et un graffiti en blanc se détachant sur fond sombre.
Les deux figures se répondent et s’opposent.
Un dialogue s’est installé.

La silhouette nous présente un homme avec une béquille, c’est un homme blessé qui s’avance vers la lumière.

MVDE.jpg

Le graffiti nous présente un personnage simplifié, tapi dans l’ombre, qui tient ce qui semble être une arme pointée (une mitraillette ?) dans la direction de la silhouette.
Toute une symbolique apparaît …
A l’opposé, si on se penche un peu attentivement sur la matière du mur, on voit apparaître le texte « Je t’aime » placé dans un axe qui va du personnage dessiné au personnage marchant comme si ces mots lui étaient adressés.
Un autre sens apparaît.
Cette fois on voit une histoire d’amour ; un cri lancé dans le vide par une figure dépitée et impuissante (les bars écartés) dans la direction d’une silhouette qui lui tourne le dos, indifférente…
C’est autre chose.

00:01 Écrit par Samuel Delcroix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/01/2016

Marathon Photo - Opus 1 >> "Début"

Début janvier, le marathon est lancé !

« Début » sera le premier mot : un défi en forme de clin d’œil.

Parce qu’il faut bien commencer, que le jour est venu et que c’est le commencement, la première marche (et il y en a cinquante à monter), la ligne de départ ...

Le début, c’est le chiffre 1, la lettre A, la naissance, la porte d’entrée, le premier pas, le germe etc.

Longue vie à ce marathon, le bébé vient de naître !

Exceptionnellement, je ne publierai pas de photo pour illustrer la thématique mais seulement ce commentaire.

J’espère que ce premier défi (pas évident) va susciter en vous l’envie de le relever et j’ai déjà hâte de voir ce que vous allez en faire…

Faites fonctionner vos méninges.

 

23:57 Écrit par Samuel Delcroix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2016

Le Marathon photo 2016

Bonjour à toutes et tous, 

Via mon groupe Facebook "Les élèves de Sam" j'organise un marathon photo qui a commencé la semaine dernière et qui va durer 1 année entière.  

N'hésitez pas à le rejoindre

Voici sa description : 

Le Marathon photo 2016 (description & règlement).

  • Le marathon est un concours gratuit et il est créé dans le but de motiver les participants à s’investir dans un travail photographique de longue haleine. C’est un challenge pour celles et ceux qui veulent aller plus loin en s’accomplissant dans une démarche artistique sérieuse, enrichissante et innovante.
  • Le marathon dure un an, il commence le dimanche 03 janvier 2016 pour s’achever le 31 décembre 2016. Il est réservé aux membres du groupe Facebook « Les élèves de Sam » et il compte 50 missions réparties selon une cadence précise ; chaque semaine, une nouvelle mission est proposée.

 Une liste de 50 mots a été établie. Elle reste secrète.

  • En début de chaque semaine de l’année, le défi sous forme d’un mot nouveau est dévoilé et annoncé dans une publication sur le mur du groupe. Les thématiques en rapport avec les mots sont nombreuses et diverses. Elles sont variées, inattendues, originales, surprenantes, très précises ou en revanche très ouvertes. Elles ont des sens multiples et elles vont tous azimuts :
  • Lieux
  • Evénements
  • Humains
  • Objets
  • Paysages
  • Vie quotidienne
  • etc.
  • Chaque participant s’inscrit via un courrier (voir adresse ci-dessous) et rejoint le marathon quand bon lui semble.

Il participe à son rythme. 

Il peut relever tous les défis ou au contraire ne choisir que ceux qu’il décide de relever.

Il envoie UNE SEULE photo en rapport avec le défi auquel il a participé et ceci à n’importe quel moment mais dans les délais impartis (limité au 31 décembre 2016). Pour l’exemple : Une photographie réalisée dans le cadre de la mission n°7 (septième semaine) peut très bien être envoyée 6 mois après son lancement c’est à dire au moment de la 30e mission…

Le participant peut demander à l’administrateur du marathon de retirer à tout moment une photo pour la supprimer ou pour la remplacer par une autre, il veillera toutefois à ne pas solliciter l’administrateur à tout bout de champs pour effectuer des changements intempestifs…

  • Chaque photographie envoyée doit être inédite, propriété de l’auteur et correctement nommée (voir plus bas). Les images doivent être produites dans la durée du marathon à en 2016. En cas de doute, un contrôle via les métadonnées permet de vérifier et sa provenance et sa date de création. Toute image contrevenante est automatiquement éliminée.
  • Les images du marathon ne sont pas publiées sur Facebook car sur cette plateforme, les images mises en ligne sont fortement dégradées.

Il contient les albums hebdomadaires qui renvoient aux noms des missions.

Au fur et à mesure de l’avancement du marathon, les arrivages viennent alimenter les albums et les participations sont comptabilisées.

  • L’administrateur se charge lui-même de mettre les photos en ligne dans l’album correspondant au défi pour autant qu’elles respectent les conditions de participation (Voir plus pas).
  • Dès qu’il a accompli un certain nombre de missions, le participant au marathon reçoit une distinction sous forme d’étoile. La première étoile est attribuée dès que 10 missions sont accomplies.

A partir de 20 missions accomplies, la deuxième étoile est attribuée et ainsi de suite jusque 50 ; la consécration suprême (5 étoiles)

Afin de suivre l’avancement du marathon, des infos sont régulièrement publiées dans le groupe « Les élèves de Sam » et des renvois vers le Flickr sont proposés. Le compte ouvert est public. Tout le monde peut donc voir les photos de tout le monde.

  • Au terme du marathon, un jury composé de professionnels de la photographie se réunira pour dégager le meilleur de chaque mission et désigner les lauréats. Un livre/catalogue + un coffret collector des meilleures images sera proposé à la vente en tirages limités et une exposition organisée en 2017 (lieu à déterminer).
  • Il va sans dire que plus le nombre de participations est important, plus les chances de se retrouver dans le palmarès sont nombreuses.
  • Afin de garantir l’anonymat, chaque participant emprunte obligatoirement un pseudonyme qu’il communique à l’administrateur, président du concours (moi). Il envoie l’image de sa mission (en 1500 Pixels maximum – Hauteur ou Largeur) à l’adresse suivante : marathonphoto2016@gmail.com en indiquant dans le nom du fichier son pseudonyme et le nom de la mission. Exemple : calimero_quelquechose.jpeg

Chaque participant garde précieusement une version de son image en haute définition pour le cas où il est sélectionné pour le catalogue, le coffret et/ou l’exposition.

Les images peuvent être post-traitées dans les logiciels appropriés mais on privilégiera toutefois la pureté. Les photomontages sont proscrits et les effets tapageurs (vignettages, filtres etc) fortement déconseillés.  

Considérant que le contenu d’une image est Sacro-Saint, aucune signature ne viendra polluer l’image. Les bords, cadres et effets de contours sont interdits.  

Aucun courrier concernant les images n’est échangé. Chaque participant prend ses responsabilités en envoyant les images de son choix.

La participation au marathon est gratuite mais les frais de tirages pour l’exposition, le coffret seront toutefois pris en charge par les participants lauréats/exposants.

Le livre publié pour l’occasion sera en partie financé collectivement par ceux-ci (au pro rata du nombre d’images sélectionnées et publiées) mais aussi par des sponsors potentiels (à trouver). Il sera mis en vente avec l’espoir de récupérer les investissements et peut-être dégager des bénéfices ;-)

Des récompenses seront attribuées aux 3 premiers lauréats (stages, cours particuliers, cadeaux etc.) et des certificats de participation seront délivrés à tous les participants (à partir de 10 participations).

Le jury récompensera les participants qui ont été réguliers et qui ont proposé tout au long du marathon un regard singulier, personnel et innovant. Sachant que l’objectif final est une exposition et qu’un espace précis regroupant les images d’un même participant lui sera attribué personnellement dans l’exposition, il est recommandé de garder une certaine cohérence dans les propositions tout au long du marathon.

Bonne chance !

Note : il est possible que ce règlement soit amendé si des éléments doivent être supprimés,modifiés ou ajoutés.

Samuel

 

17:24 Écrit par Samuel Delcroix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |