24/01/2016

Marathon Photo - Opus 3 -> "Intempérie"

Pour cette troisième semaine, j’ai regardé dans ma liste de mots et j’en ai trouvé un qui me semblait tomber à pic.
La météo de ces derniers jours a sans doute guidé mon choix.
Je propose le mot « Intempérie ».
L’intempérie, c’est le mauvais temps au sens large ; la pluie, le vent, la neige, la tempête etc.
Pour l’illustrer, je souhaitais ne proposer qu’une seule image, mais trouver une image résumant tout cela n’était pas évident du tout. J’ai donc décidé de partir sur le premier mot qui m’était venu à l’esprit en l’occurrence « pluie ».
En cherchant dans mes livres, j’ai trouvé une très belle image de Christophe Jacrot tirée de « Météores » son livre aux éditions Hartpon.
Christophe Jacrot s’est spécialisé dans cette approche photographique qui consiste à travailler par mauvais temps.
Oui oui, y en a qui aiment ça. Les vrais, les purs, les mordus… 

Christophe Jacrot.jpg

L’image a été réalisée le soir, à Lisbonne.

Elle nous présente une silhouette féminine montant tranquillement une rue pavée. Elle ne semble pas être perturbée par cette pluie drue qui tombe et que la lumière en contre jour nous restitue parfaitement surtout sur les parties sombres de l’image. Remarquons au passage, les éclats très brillants des pavés, accentués précisément eux aussi par cette lumière.

Si nous regardons la partie de gauche, nous constatons que la façade frontale présente une dominante verte. En effet, elle est éclairée par une autre source de lumière, d’une température de couleur différente de celle qui vient du contrejour et qui venant précisément d’une autre direction n’est pas propice au « bon rendu » de la pluie. Etrangement, il ne semble pas pleuvoir de ce côte de l’image !

Si ensuite, nous regardons la fenêtre, nous voyons un espace intérieur bien au sec qui lui aussi est éclairé par une source lumineuse différente des deux autres. Ici pas de dominante, la lumière est blanche.
Nous voyons des objets, pas de personnage.
Est-ce un lieu déserté ? Un espace de travail ? Une pièce de vie ? Impossible de le dire.

Dans cette image, il y a le dedans et le dehors. L’inoccupé et l’habité.
Curieusement, c’est le dehors qui est habité, malgré l’intempérie.
Le dedans lui, est vidé. C’est étonnant !
Les deux éléments (fenêtre et silhouette) se situent très exactement dans deux points forts de l’image.
On ne peut s’empêcher de faire un rapprochement.
Et si la silhouette était celle de la personne qui vient de quitter le lieu et qui en partant a tout simplement oublié d’éteindre la lumière ?
La question est posée…

00:05 Écrit par Samuel Delcroix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.