05/05/2014

Gwénaëlle L'Hoste --> Le 09 mai 2014

Ce soir du 09 Mai 2014 -- Local 8 (INFO) à 18 H. j'aurai la joie d'accuellir Gwénaëlle L’Hoste (accompagnée de Julien De Koning et Simon-Pierre Delcroix)

Invitation Cordiale ! 

Gwénaëlle (nous dirons Gwén) ne m’ayant envoyé aucun texte pour présenter son travail, c’est donc moi qui vais m’y coller, avec joie !

Voici l’histoire :

Quand Gwen est arrivée aux cours en septembre 2010, elle était accompagnée de son père Fréddy et selon ses dires, elle n’était là que pour « l’accompagner et qui sait, peut-être suivre le cours de photographie numérique… »

Deux ans plus tard, en juin 2012, elle avait suivi toutes les unités et elle présentait devant le jury un travail accompli et très brillant.

Je dois dire que dans ma carrière Gwén a été une bien belle rencontre. L’une de celles que l’on n’oublie pas !

Dès la 1ère rencontre, sa sensibilité, son rapport à l’image, son intelligence m’ont séduit à un point tel que j’en étais presque intimidé.

En l’écoutant se présenter lors du tour de table de la rentrée scolaire, je me disais « elle est intéressante et importante, je serais triste si je la perdais ».

J’ai donc redoublé d’arguments pour la convaincre de tenter les unités argentiques.

Les gens qui m’intimident, les perfectionnistes qui sont "torturés" parce qu'ils ne sont pas vite satisfaits d’eux mêmes, les exigeants qui développent une énergie folle pour parvenir à accomplir leur travail, à le pousser loin dans une démarche personnelle, intelligente et surprenante et qui sentent qu’ils auraient pu aller encore plus loin, creuser davantage… Tout ceux-là qui, parlant de leurs photographies à soumettre pour l’évaluation ne disent jamais, « combien en faut-il ? » mais plutôt « comment doivent-elles être pour qu’elles soient bonnes ? » tout ceux là me sont très précieux.

Si j'aime tant mon travail c'est à cause ou plutôt graçe a eux !

Ils m’apprennent autant que je leur apprends et d’une certaine manière je leur suis redevable et je les remercie.

Tout au long de son parcours, Gwén n’a jamais été pas dans un « logique scolaire » mais plutôt dans une démarche artistique avec toutes les exigences que cela implique.

Gwén s’est inscrite aux unités argentique et d’emblée, dès les premières « tables d’analyse des résultats/fin de cours »  j’ai compris que j’avais bien fait. Ses images étaient fortes, ses séries cohérentes (notamment dans les thématiques sur les mots et les duos).

Cadrages, points de vue, distance… tout y était !

Elles étaient correctement imprimées, irréprochables !

Au fil des semaines, il s’est même avéré que son travail pouvait dignement être exposé au public.

Chose fut faite.

Nous étions à la fin de la 1ère année et une exposition eu lieu (avec les condisciples de la même classe) au Foyer Culturel de Quaregnon. Cette exposition dura 4 mois !

Quand, en 2eme année, elle  a entamé son travail sur sa grand mère « Mémé », je me suis retrouvé à plusieurs reprises au studio avec elle, la chambre d’atelier et les objets personnels de la grand  mère. Je l’ai accompagnée pour les deux ou trois premières images mais dès les suivantes, elle s’est débrouillée toute seule. Elle savait exactement où elle voulait aller, elle voyait les images avant de les faire, signe d’un maîtrise, d’un grand travail en amont digne d’une véritable artiste.

Parallèlement à cela, elle mena un travail aussi très personnel et très fort sur la société de consommation. Avec comme thématique, la viande et son conditionnement industriel, elle proposa sa série « Dans le cochon, tout est bon ».

J’ai été très heureux de la compter parmi mes étudiants.

Gwén restera l'un de mes plus beaux souvenirs.

Cette année elle nous accompagnera dans l’épreuve intégrée du 23 juin prochain. Ce soir du 09 mai, elle viendra présenter ses travaux et partager avec nous son expérience.  

mémé_color.gif

 

 

  

Mont_viande.gif

 

 

 

 

 

00:24 Écrit par Samuel Delcroix | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.